Les chevaux : animaux domestiques proche de l'homme depuis la nuit des temps

Témoignant d’un profond attachement pour le cheval, l’homme a toujours vécu une relation très particulière avec cet animal et cela, depuis des millénaires. En tout, près de 5500 ans d’histoire les unissent. Objet de toutes les fascinations, le cheval a été un outil stratégique autant dans la vie quotidienne que durant les guerres.

Une alliance entre l’homme et le cheval

Si le cheval fait quasiment partie intégrante de notre quotidien, il faut savoir que la relation entre lui et l’homme a largement contribué aux progrès de l’humanité depuis de nombreux siècles étant donné que le cheval a toujours été utilisé autant pour le travail que le transport et surtout pendant la guerre. Actuellement, il existerait près de 60 millions de chevaux dans le monde et c’est en Amérique du Sud qu’il y en a le plus grand nombre tandis que l’Océanie dispose de la population la plus faible. D’après l’histoire, la domestication du cheval remonte à -4500 dans les steppes semi-désertiques d’Akmola, au cœur du Kazakhstan.

Les découvertes archéologiques ont permis de savoir que le peuple Botaï vivant dans la région utilisait le cheval pour l’attelage et aussi pour son lait. En vérité, de nombreux foyers de domestication auraient été découverts. Certains seraient situés en Roumanie, en Russie ou encore en Ukraine. Les fouilles ont aidé à prendre conscience de l’importance de cet animal sur le mode de vie de la société humaine. La présence d’arts, d’armes, de pratiques spirituelles ou encore d’artefacts peut en attester. Au terme de la préhistoire, avoir un cheval était un signe de pouvoir. Les peuples capables de domestiquer cet animal manifestaient une certaine supériorité.

L’évolution de la relation entre l’homme et le cheval au fil des siècles

Durant la période de l’Antiquité, le cheval était utilisé par les Romains, les Grecs et les Byzantins pour le transport, les communications, ainsi que les courses aux chars. Au Moyen-Orient, le polo a vu le jour. Les Perses ont compris le potentiel des pur-sang arabes qui se sont illustrés pour leur élégance et leur robustesse. L’Égypte a aussi eu recours aux chevaux pour les tâches civiles. Malheureusement, la cavalerie du camp ennemi était beaucoup trop puissante, ce qui a expliqué la défaite égyptienne. En Asie, l’animal est essentiellement utilisé comme moyen de communication et de transport. L’élevage de chevaux était peu développé en Chine et l’équidé importé du Moyen-Orient avait un statut de produit de luxe.

Au cours du Moyen-âge, le destrier serait certainement le plus connu. Véritable monture de guerre, le cheval sera bardé de son armure. Ce dernier servait aussi pour le trait en remplaçant le bœuf dans les activités agricoles. Grâce aux avancées technologiques avec la création de l’étrier, l’amélioration des selles ou encore la pose des fers à cheval ou des colliers d’épaule, l’équipement équestre connaît d’importantes évolutions pour l’agriculture et la guerre.

La période de la Renaissance correspond au développement des écoles de dressage, des écuries ainsi que des haras.

Aujourd’hui, le cheval n’a plus que deux principales fonctions : animal de traction et monture pour les cavaliers. En compétition, il existe de nombreux spécialistes qui montent les chevaux comme les cavaliers d’entraînement, les drivers, les jockeys ou encore les cavaliers professionnels. Pour la gestion des centres équestres ou l’organisation des randonnées, on retrouve les accompagnateurs, les animateurs poneys ou encore les moniteurs. Le cheval a donné aussi naissance à plusieurs métiers spécialisés dans les soins : palefreniers, maréchaux-ferrants, équicien, équithérapeute, éthologue équin, etc. Dans le domaine du maintien de l’ordre, il n’est pas rare de rencontrer des métiers de garde comme les brigades équestres, les gardes républicains ou les gendarmes à cheval.

Dans l’univers du loisir, le cheval a permis la création d’une multitude de sports équestres pour ne citer que l’équifeel, l’équifun, le polocrosse, le horse-ball, le saut d’obstacles, le pony-games, etc.